AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 - say you won't let go (w/valentin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
- color bombs -
avatar

Messages : 99
Pseudo : flashdelirium.
Célébrité, © : xavier dolan, SOLARIS'
« Ne racontez jamais rien à personne. Si vous le faites, tout le monde se met à vous manquer. »
JD SALINGER

Age : vingt-six ans qu'il cherche un sens à sa vie.
Métier, étude : militaire réformé, sans activité.
Côté coeur : il l'aime à en crever mais c'est compliqué.
Adresse : downtown #651


✤ BAD GOOD MOMS
Envie : que tout redevienne comme avant ?
Relationships :
RPs: open (2/3) valentin, the hastings,..

MessageSujet: - say you won't let go (w/valentin)   Dim 26 Fév - 16:41


✽ ✽ ✽
« Darkness cannot drive out darkness, only light can do that.
Hate cannot drive out hate, only love can do that. »
Tu es seul comme bien souvent mais tu ne peux pas en vouloir à ton amour, Valentin, le seul, l’unique. Il travaille dur et le blâmer pour ça ne serait pas correct. Cependant, en ce moment, il rentre de plus en plus tard et il a beau te dire que les enfants sont de petits êtres fragiles et qu’une urgence arrive vite, tu le trouves de plus en plus distant. Il est froid, ne te prévient plus quand il va rentrer tard mais tu t’efforce de ne pas trop lui en vouloir. Entre vous, ce n’est plus tout à fait comme avant mais ce que tu sais, c’est que tu l’aimes. Lui et son accent français irrésistible qui est si romantique. Lui et sa manière de te serrer contre lui pour te réconforter. Tu l’aimes, tu l’adores. C’est ton amant, ton amoureux, ton meilleur ami, ton confident. C’est ton tout, la partie qu’il te manquait. Sans lui tu serai perdu, ou du moins encore plus que tu ne l’est déjà. Tu crois que c’est ce qu’on appelle une âme-soeur. Tout n’a pas toujours été tout rose mais à deux, à ce qu’il paraît, on est plus fort. Tu sais que tes sautes d’humeur, tes insomnies et ton silence sur ce qui te hante pèsent sur les épaules de Valentin qui est épuisé d’essayer de t’aider alors que tu ne veux visiblement pas de son aide. Tu n’es plus l’ombre de toi-même et tu vois bien que te voir sombrer de la sorte affecte Val. Tu as l’impression qu’il a décidé de fuir pour se protéger, se réfugiant ce boulot qu’il adore. Toi tu es là, affalé dans ce canapé bien trop grand pour toi sans lui à tes côtés. La télécommande en main, tu zappes, allant de programme en programme sans en trouver aucun à ton goût. Tu soupires. Tu aimerais que ton français soit là. Tu décides d’aller te chercher un verre et le rempli de whisky. Tu ne sais plus trop bien combien tu en a bu dans la journée mais tu t’en fiches. Souvent, ça t’aide à oublier… un peu. Tu bois le liquide ambre presque cul-sec, ferme les yeux un instant. Tu as l’impression que cela t’apaise. Tu retournes sur ton canapé, mets l’émission qui te semble la moins débile et t’enfouis sous ton plaid avant de t’endormir d’un sommeil léger. Quelques heures plus tard, tu te réveilles, entendant des clefs jouer dans la serrure de ton appartement. Tu vois rentrer ton compagnon et regardes l’heure indiquée par la box de la télévision. 4h du matin. « C’est à cette heure-ci que tu rentres ? » tu demandes sur un ton plus accusateur que tu ne l’aurais voulu. La vérité c’est que tu le sens t’éloigner et que tu t’accroches à lui comme une bouée de sauvetage.

@Valentin Verlac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: - say you won't let go (w/valentin)   Dim 26 Fév - 17:04


✽ ✽ ✽
« Darkness cannot drive out darkness, only light can do that. »
Hate cannot drive out hate, only love can do that.
Le travail…Tu ne cesses de prendre ça comme excuse, cherchant à échapper à l’homme que tu aimes, à vos soucis de couple, vos problèmes, ses problèmes. Tu n’en peux plus. Oui, tu es fatigué de te battre pour lui arracher un simple sourire, pour le voir mieux qu’hier, chose qui n’arrive jamais. Pourtant, tu l’aimes, à ne pas en douter. Ton cœur s’emballe lorsque tu croises son regard, lorsque tu le serres dans tes bras. Tes sentiments, ils sont toujours là, néanmoins, tu es fatigué. Alors oui. Une fois de plus, tu es là, assis derrière ton bureau, les tests devant les yeux. Séropositif. Ton collègue t’avait annoncé la nouvelle il y a quelques jours, te disant que c’était la forme la moins grave, que pour l’instant, tu n’étais pas spécialement en danger. Comment ? Comment avais-tu pu faire la connerie de ne pas te protéger…Certes, depuis quelques temps tu trompes Ronald, de temps en temps, jamais rien de bien sérieux. Tu t’enfuis dans un autre univers, cherchant un peu de stabilité là ou lui, t’offrait des insomnies, des larmes, des disputes. Tu allais devoir lui annoncer, mais dès lors, tu savais qu’il allait comprendre que tu l’avais trompé. Tu avais peur. Oui, peur de le perdre, parce que malgré tout tu n’en démords pas, Ronald est l’homme de ta vie. Passant une main dans tes cheveux, tu soupires, décidant qu’il était temps de rentrer chez toi, chez vous. Prenant la direction du duplexe, tu espères secrètement qu’il dorme, qu’il n’ait pas remarqué ton absence. C’est une illusion, tu sais que c’est peine perdue, surtout avec Ronald. Quatre heures du matin, tu enfonces les clefs dans la serrure pour entrer en silence, mais déjà, le son de la télévision te parvient ainsi que celui de la voix de ton compagnon. Ton corps se crispe et tu soupires, enlevant ta veste pour la déposer au porte mentaux. « Un souci à l’hôpital, un gosse avec une maladie bactérienne. Les analyses ont pris beaucoup de temps… » Tu mens une fois de plus, sachant que plus tu mens, plus il ne te croit plus. Avançant dans le salon, tu remarques le verre, l’odeur te parvient rapidement. Il pue l’alcool, comme souvent, se noyant dans les méandres de l’alcoolisme. Comment peux-tu l’aider si il ne te laisse pas faire ? Si il continue à t’offrir une vision destructrice de lui-même ? Tu essayes…oui, tu as essayé et ce, à de nombreuses reprises. « Tu as encore bu… » L’amertume s’entends dans ta voix, pourtant, le regard que tu portes sur lui est rempli de cette peine étrange, de cette douce mélancolie. Tu ne veux pas le voir sombrer, tu aimerais tellement arranger les choses, pouvoir recommencer à zéro et le sauver de cet état.

Revenir en haut Aller en bas
- color bombs -
avatar

Messages : 99
Pseudo : flashdelirium.
Célébrité, © : xavier dolan, SOLARIS'
« Ne racontez jamais rien à personne. Si vous le faites, tout le monde se met à vous manquer. »
JD SALINGER

Age : vingt-six ans qu'il cherche un sens à sa vie.
Métier, étude : militaire réformé, sans activité.
Côté coeur : il l'aime à en crever mais c'est compliqué.
Adresse : downtown #651


✤ BAD GOOD MOMS
Envie : que tout redevienne comme avant ?
Relationships :
RPs: open (2/3) valentin, the hastings,..

MessageSujet: Re: - say you won't let go (w/valentin)   Dim 26 Fév - 21:19


✽ ✽ ✽
« Darkness cannot drive out darkness, only light can do that.
Hate cannot drive out hate, only love can do that. »
Tu l’entends s’avancer dans l’entrée, tu reconnaîtrais ce bruit de pas entre mille. Tu l’écoutes s’enfoncer dans son mensonge. Tu ne le connais que trop bien et tu sais qu’il te mens. Peut-être encore une fois il essaie de te protéger mais tu t’en fiches, tu préfèrerais l’honnêteté. Tu lui en veux aussi un peu de t’avoir réveillé alors que pour une fois, tu avais réussi à t’assoupir. Tu ne reconnais plus l’homme que tu as rencontré il y a presque un an maintenant, enseveli sous ce tas de mensonges. Il faut dire que toi non plus, tu n’as jamais vraiment été très à l’aise pour exprimer tes sentiments, mais tu as choisi de te taire plutôt que de mentir. Tu le vois s’approcher de toi et te regarder comme s’il avait vu un revenant. C’est ce à quoi tu dois ressembler, un revenant. Tu sais qu’il pense que tu es en train de foutre ta vie en l’air quand il pose son regard sur le verre posé sur la table basse. Le pire, ce n’est pas qu’il s’imagine que tu es alcoolique, c’est le regard de désespoir qu’il pose sur toi. Ce regard te tue, à petits feux. Tu l’écoutes te faire ce reproche qu’il t’as déjà fait maintes fois. Son ton est amer et ça te fait mal de le décevoir. Ses mots te blessent mais tu tentes de le cacher. Tu ne veux pas te disputer avec lui, pas encore une fois. Tu n’en as plus le courage. Tu lui réponds quand même : « Laisse-moi Val, je fais encore ce que je veux. » Tu es un peu énervé contre lui mais tu sais que la seule chose dont tu as envie à cet instant c’est qu’il te prenne contre lui et te dise que tout ira bien et que cette fois-ci, ce ne soit pas un énième mensonge pour que tu baisses ta garde. « Et toi tu as encore menti. » tu ajoutes, essayant de masquer l’émotion dans ta voix. Tu as besoin de savoir pourquoi il te ment, ce qu’il y a de si inavouable pour qu’il te le cache de la sorte. Tu ne peux plus te contenter de ses explications vaseuses quand il rentre au beau milieu de la nuit. Ce n’est plus possible. Tu l’aimes et tu veux pouvoir lui faire pleinement confiance mais pour cela, il ne peut plus y avoir de secrets entre vous. T’es à bout de nerfs mais tu ne veux pas t’engueuler avec lui ce soir. Vous êtes tous les deux très fatigués et cela n’apporterait certainement rien de plus mais tu es trop curieux et tu as besoin de réponses. Tu te relèves, t’assois au bord du canapé et plonge ton regard dans le sien : « Je t’écoute. » Tu veux qu’il joue cartes sur table au lieu de d’esquiver comme il le fait si bien ces jours-ci. Comme de toutes façons tu ne fermeras sûrement plus l’oeil de la nuit, tu as tout le temps d’écouter ses explications.



Dernière édition par Ronald Hastings le Mar 28 Fév - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: - say you won't let go (w/valentin)   Dim 26 Fév - 21:37


✽ ✽ ✽
« Darkness cannot drive out darkness, only light can do that. »
Hate cannot drive out hate, only love can do that.
Tu l’observes, cet homme qui n’a de cesse de faire battre ton cœur, mais également de le tourmenter. Il te pousse dans tes retranchements, dans tes limites. Tu as l’impression de te battre contre un mur. Si au départ tu pensais pouvoir briser ses défenses, plus les mois s’écoulent et plus ta force te quitte. Tu aimerais tellement le secouer, lui gueuler au visage qu’il est en train de tout foutre en l’air, de te perdre, de vous perdre…Et pourtant, même ça, tu n’en as plus l’envie. A quoi bon ? Il ne cessera jamais de repousser ton aide. Tes bras sont d’un grand réconfort, certes, mais ça ne dure jamais bien longtemps. Tu l’observes se démolir alors que toi, pauvre abruti, tu t’éloignes pour te perdre dans les bras d’inconnus et inconnues. Peut-être que sans ça, tu serais déjà parti…Oui, c’est sûrement la vérité. Sans ça, tu l’aurais quitté. Tes infidélités t’offrent un semblant de stabilité dont tu as besoin pour rester fort, pour lui. Poussant un long soupire devant ce verre vide, tu te crispes face à tes paroles. « Tu fais toujours ce que tu veux de toute façon ! » Grognement amère, sincère. Il n’en fait qu’à sa tête. Tu n’as pas envie de hausser la voix, pas ce soir, pas aujourd’hui. Non, tu aimerais juste aller t’allonger, t’écrouler dans ce lit qui est le vôtre. Depuis quelques temps déjà vos relations sont tendues, tu fuyais même le fait de devoir coucher avec lui. De toute façon, quand tu rentrais soit il dormait, soit vous vous preniez la tête, c’est un tue libido ça. Il t’annonce que toi, tu lui mens encore et tu serres les dents, te frottant doucement les yeux d’un air lasse et fatigué. Tu ne réponds pas, tu cherches un moyen de t’en sortir. Et si, au final, il était temps de dire la vérité ? Il se redresse, plongeant ton regard dans le sien, tu t’avances doucement, te posant également dans le canapé. « J’aimerais juste qu’une fois, une seule putain de fois, je puisse arriver à t’arracher un foutu sourire. C’est trop demander Ronald ? Tu ne vois donc pas que notre couple…on est en train de s’éloigner. J’en peux plus de me battre dans le vide…j’ai essayé de t’en parler, mais, il y a un moment où j’en ai eu marre. » Passant une main sur ton visage, tu finis par lui faire face. « Je t’aime…saches-le, mais j’ai atteints mes limites Ronald. Soit ça change, soit ça va finir mal. » Non, ce soir, tu ne lui diras pas pour ton infidélité, ça attendra demain. Ce soir, tu t’entête à vouloir lui faire ouvrir les yeux, ce soir, tu essayes encore de le ramener à la raison. « Non, je n’étais pas retenu à l’hôpital, mais oui, j’étais bien dans mon bureau sauf que…je ne foutais rien…j’en viens à ne plus avoir envie de rentrer… » ça te brise le cœur de l’avouer, mais ce n’était plus possible. « Il est où l’homme que j’aime tant ? » Tu l’observes, suppliant.

Revenir en haut Aller en bas
- color bombs -
avatar

Messages : 99
Pseudo : flashdelirium.
Célébrité, © : xavier dolan, SOLARIS'
« Ne racontez jamais rien à personne. Si vous le faites, tout le monde se met à vous manquer. »
JD SALINGER

Age : vingt-six ans qu'il cherche un sens à sa vie.
Métier, étude : militaire réformé, sans activité.
Côté coeur : il l'aime à en crever mais c'est compliqué.
Adresse : downtown #651


✤ BAD GOOD MOMS
Envie : que tout redevienne comme avant ?
Relationships :
RPs: open (2/3) valentin, the hastings,..

MessageSujet: Re: - say you won't let go (w/valentin)   Mar 28 Fév - 23:49


✽ ✽ ✽
« Darkness cannot drive out darkness, only light can do that.
Hate cannot drive out hate, only love can do that. »
Il a raison, tu fais toujours ce que tu veux. Tu es têtu, borné et cela fini par te jouer des tours. Tu acceptes les reproches parce qu’ils sont justifiés et tu comprends Valentin. Si tu avais été à sa place, tu te serai sûrement quitté il y a bien longtemps. La vérité fait mal à entendre et chaque mots sont comme des coups de poignard en pleine poitrine. Tu suffoques, tu as du mal à respirer mais tu essaies de te calmer tant bien que mal. Tu ne veux pas qu’il te laisse, tu ne peux pas le laisser partir. Tu as besoin de lui, c’est ta boussole en plein désert quand tu es perdu, ton oasis où tu peux enfin un peu de reposer. À moins que cela ne soit qu’un mirage. Non, cela ne peux pas être une hallucination, l’amour que ton compagnon te porte est bien réel, tu le sais. Cependant, tu as comme l’impression d’être devenu un énorme fardeau pour lui, bien trop lourd pour lui. Tu te retiens pour ne pas pleurer. Tu n’as plus envie d’être faible et cela ne changerait rien. À son interrogation, tu ne trouves pas grand chose à répondre. Tu es éteint, comme vidé de toute ton énergie. Tu arrives tout de même à dire : « Je sais pas, caché derrière cette carapace j’imagine. » d’un ton à peine audible. Tu t’es construit une forteresse où presque personne ne peut entrer et préfère garder tes sentiments pour toi. À force de refuser la main tendue de Val, tu penses qu’un jour tu le perdras pour de bon et cela t’angoisse. Seulement, tu n’arrives pas à baisser la garde et parler de ce que tu ressens. Valentin t’as toujours connu comme ça mais ton état s’est dégradé quand les souvenirs sont remontés à la surface. Toi, tu t’efforce de les enterrer bien profondément, en vain. Puis maintenant, Valentin et toi, vous ressemblez à deux étrangers. C’est à peine si vous vous touchez encore. Vous n’êtes bons qu’à vous déchirez alors que cet amour crève les yeux. Tu as peur de le blesser, tes angoisses nocturnes te rendant parfois violent sans que tu en ai vraiment conscience. Vous ne faites plus l’amour, les prises de bec ayant pris le dessus sur votre couple. Tu aimerais tellement que tout rentre dans l’ordre, mais tu ne sais pas s’il n’est pas déjà trop tard et surtout, tu ne sais pas comment faire pour te sortir de cette mauvaise passe. Tu as envie de dire quelque chose mais aucun son ne sort de ta bouche. Tu finis quand même à dire d’une petite voix : « Ne me laisse pas Val, je t’en supplie. » tes yeux sont soudain bien humides. Tu implores. Tu sais que sans lui tu n’es rien et tu ne survivrai sûrement pas à une rupture.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - say you won't let go (w/valentin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
- say you won't let go (w/valentin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meurtre à la Saint Valentin
» 23 janvier **Mini album St-Valentin**
» Je m'appelle VALENTIN,
» Biscuits, macarons, muffins et cupcakes de Saint Valentin
» La Saint-Valentin !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD GOOD MOMS :: Floodland :: The ancestors :: Autres-
Sauter vers: